IATE en Thaïlande

Thématiques

Date de mise à jour : 30 novembre 2016

Relations composition non-isoprènes/qualité du caoutchouc

Les recherches menées au laboratoire ont pour but de comprendre l'impact des composés non-isoprènes sur la qualité du caoutchouc naturel produit à partir du latex d'Hevea brasiliensis. Le caoutchouc naturel possède des propriétés mécaniques remarquables qui n'ont jamais été égalées par ses homologues synthétiques. Cependant, étant un matériau biologique et naturel, le caoutchouc naturel présente un défaut important: sa qualité n'est pas constante.

En plus du poly(cis-1,4-isoprène), le caoutchouc naturel contient 3 à 5 % de composés non-isoprènes, absents des caoutchouc synthétiques. Ces composés non-isoprènes (lipides, protéines, glucides, composés inorganiques) sont suspectés d’être responsables aussi bien des qualités supérieures du caoutchouc naturel, mais aussi de la variabilité de sa qualité. Jusqu'à aujourd'hui, les travaux menés conjointement à Montpellier et à Bangkok ont montré l’importance du rôle des protéines et des lipides sur les propriétés du caoutchouc sec. Deux chercheurs de IATE sont basés à Kasetsart University pour mener en partenariat les investigations sur ces deux catégories de non-isoprènes : C. Bottier et L. Vaysse. Une étude systématique de la composition lipidique en fonction de l’origine clonale a été conduite par S. Liengprayoon dans le cadre de sa thèse (2008); elle co-dirige actuellement le LBTNR. De la même façon, l’impact de l’origine clonale sur la composition protéique du latex et du caoutchouc est actuellement en cours d’étude par S. Srisomboon dans le cadre de son master.

Les relations non-isoprènes/qualité du caoutchouc sont aussi étudiées dans le cadre d’un projet financé par l’ANR (RUBBex, 2015-2018, coordination F. Bonfils). Une partie des travaux de RUBBex est menée au LBNTR. Le workpackage 2 (WP2) est dédié à l’analyse de la composition biochimique (i.e. lipides, protéines, minéraux, sucres) des 4 fractions du latex qui sont isolées par centrifugation (i.e. crème (larges particules de caoutchouc), skim (petites particules de caoutchouc), lutoïdes et sérum). Ces fractions sont utilisées dans le cadre de la thèse de J. Chaiyut (WP5) où du latex est reconstitué avec différentes teneurs de chaque fraction.  Les latex ainsi reconstitués sont utilisés pour réaliser des feuilles de caoutchouc dont les propriétés sont mesurées et mises en regard des différentes teneurs de chaque fraction. Enfin, un autre objectif du WP2 est d’extraire et de purifier des molécules spécifiques (lipides, protéines) qui sont utilisées dans le WP4 (films de Langmuir, CBMN/LCPO). Une thèse actuellement en cours (K. Wadeesirisak) a pour objectif de décrire la structure de la membrane de la particule de caoutchouc en étudiant les interactions entre des protéines recombinantes (UMR LCPO) et des lipides natifs du latex dans des films de Langmuir caractérisés par ellipsométrie, microscopie à l'angle de Brewster et spectroscopie PM-IRRAS (UMR CBMN).

Impact de la fertilisation sur la qualité du caoutchouc naturel

La fertilisation à l’état mature de l’hévéa fait encore discussion dans le milieu agronomique. Avec le support de la société YARA et dans le cadre d’un projet coordonné par l’UMR Eco&Sol (en collaboration avec l’UR34 et l’UMR IATE), une enquête sur les pratiques de fertilisation en Thaïlande a été conduite, et sur la base des résultats obtenus, une expérimentation concernant l’impact de la fertilisation sur la production d’arbres stimulés à l’éthephon® ou non a été mise en place. Au-delà, des facteurs physiologique (diagnostique latex) et agronomique (quantité de latex produite), cette expérimentation inclut la mesure de critères de qualité du caoutchouc produit par les arbres ainsi traités. Cette évaluation de la qualité est réalisée par l’équipe du LBTNR sur la plantation de la station expérimentale de Kasetsart « Sithiporn Kridakorn »  dans la province de Prachuap Khirikhan en Thaïlande.

Maturation des coagula de tasses

Lors de la fabrication du caoutchouc de type TSR 10 ou 20, il existe une étape de maturation de plusieurs semaines des coagula obtenus en laissant le latex coaguler naturellement dans la tasse avant la récolte. Les mécanismes en jeu lors de cette étape couteuse en temps et en aire de stockage sont peu ou pas connus. Une étude a ainsi été entreprise pour évaluer les conditions industrielles de la maturation afin de bâtir un pilote de laboratoire permettant de contrôler les paramètres environnementaux lors de la maturation (Température, Humidité mais aussi teneur en oxygène de l'air et niveau d'ensemencement en microorganismes) (Thèse Jutharat Intapun - Montpellier SupAgro-PSU). La caractérisation de l’évolution de la composition lipidique au cours de la maturation a fait l'objet d'une thèse en cotutelle récemment soutenue (Thèse N.Musigamart cotutelle SupAgro-KU).

Date de mise à jour : 30 novembre 2016

Cookies de suivi acceptés